Mar 24, 2015

Sur le terrain au Kurdistan


Pour son nouveau film, projeté ce soir sur les ondes de RDI, le documentariste québécois Julien Fréchette s’est rendu au Kurdistan irakien afin d’y rencontrer les réfugiés, les combattants, les journalistes – «ceux et celles qui y vivent, de gré ou de force».
Julien Fréchette le dit : «Jusqu’ici, je n’ai jamais choisi des sujets de film faciles. Et celui-là ne fait certainement pas exception.» En effet, pour Kurdistan, de gré ou de force,
le réalisateur – qui a entre autres signé Le prix des mots, dans lequel il suivait la saga judiciaire entre les Éditions Écosociété et Barrick Gold – est allé à la rencontre de gens habitant le territoire kurde, accompagné par le caméraman Arnaud Bouquet et la directrice de production Zaynê Akyol. Ce qui l’a poussé à réaliser ce film? «Ce qui s’est passé l’été dernier : État islamique qui a surgi un peu de nulle part», remarque-t-il, avant de préciser : «Dans le fond, quand on analyse la chose, [le groupe armé] était déjà présent et fort en Syrie, mais ç’a été une surprise qu’il prenne des villes en Irak et qu’il s’attaque aux Kurdes de façon frontale…»
… Est-ce pour cette raison que vous avez senti l’urgence de raconter leur histoire?
En fait, [ces événements] ont ramené la question kurde à l’avant-plan de la géopolitique régionale. Les Kurdes se sont imposés comme un rempart contre État islamique et ont montré aussi qu’on pouvait les arrêter. Quand on a vu ça, on a contacté RDI et on s’est dit : «Let’s go, on y va!»
Entre les lieux dévastés, vous montrez beaucoup de paysages magnifiques accompagnés de musique. C’était important, pour vous, de souligner la beauté de certains lieux, malgré la guerre?
Tout à fait. Dans le film, il y a une combattante qui dit : «Les meilleurs amis des Kurdes, ce sont les montagnes.» Parce que, historiquement, elles ont été l’endroit où ils ont pu trouver refuge et rester libres malgré tout. Il y a des parties assez arides, mais c’est un pays de montagnes, de vallons. Ce qui est assez fabuleux, mais qu’on n’a pas pu montrer, c’est que le Kurdistan est vraiment en deux temps. Si on y va en hiver, c’est relativement terreux, mais si on y va au printemps, comme en ce moment, c’est verdoyant.
«En termes d’émotions, pour moi, c’est quelque chose que je n’avais jamais vécu.» – Julien Fréchette, documentariste, au sujet des séquences tournées sur la ligne de front
Un de vos protagonistes principaux, le journaliste Khaled Sulainam, évoque tous ces enfants qui, en raison du conflit, ne vont pas à l’école. «Dans 20 ans, nous aurons une génération d’analphabètes; c’est vraiment un problème très profond», vous explique-t-il. Tout au long du film, vous montrez des enfants qui jouent. Était-ce pour faire écho à ces paroles?
Clairement. Tous les enfants qui se trouvent dans les camps de réfugiés, qu’ils soient chrétiens, yézidis ou Syriens, font face à la même réalité. Et, oui, on peut penser à la situation d’un point de vue strictement militaire. Parce que l’urgence nous apparaît d’abord comme telle. Mais il faut aussi voir à long terme comment cette région sera déstabilisée sur le plan  démographique, social. Car ces camps seront appelés, dans certains cas, à devenir des villes. Comme l’une des personnes le dit dans le film : «Il faut s’occuper des enfants! Sinon, la prochaine génération va peut-être chercher une revanche.» Et on risque d’entrer dans un cercle de violence perpétuelle qui ne s’arrêtera jamais.
Votre narration, dans le film, est très touchante, poétique. Dans le camp de réfugiés d’Arbat, par exemple, vous dites : «Ici, dans chaque tente, chaque famille a son histoire, son drame.» Diriez-vous que ce sujet est davantage venu vous chercher que ceux que vous avez explorés dans vos autres films?
Sans aucun doute. Ce sont des réalités que, habituellement, on peut juste imaginer. Qu’on entend aux nouvelles. Mais se retrouver devant ces gens et se sentir impuissant, comme devant ces jeunes femmes ayant perdu leurs proches qui se sont fait enlever par État islamique, c’était parmi les témoignages les plus bouleversants [que j’aie jamais entendus]. Même si, sur le coup, on comprend très peu et que notre interprète traduit sommairement, on est capable de comprendre ce qui se passe. Quand quelqu’un pleure, on sait. Les émotions sont universelles.


No comments:

Featured Post

ندرة المياه تهدّد الشرق الأوسط.. والعراق على الخط الأحمر

خالد سليمان  يشير مدير المعهد العلمي للبيئة في جامعة جنيف مارتن بينيستون إلى ذوبان شبه كلي لثلوج جبال الألب نهاية القرن الحالي، حيث ...