Jun 19, 2013

L’exploitation des énergies fossiles menace «l’existence de notre société».

 Alexandre Shields





Alors que le gouvernement canadien, mais aussi celui du Québec, plaide pour l’exploitation des énergies fossiles du pays, une nouvelle étude prévient que le recours accru à celles-ci ne menace rien de moins que «l’existence de notre société». 
«Brûler toutes les réserves d’énergie fossile mènerait à des changements climatiques sans précédent si sévère qu’ils mettraient en cause l’existence de notre société telle qu’on la connaît aujourd’hui», insiste un rapport intitulé «La décennie cruciale» et publié lundi par la Commission sur le climat de l’Australie.

L’étude, qui note une vague de découvertes et d’exploitation de nouvelles réserves de pétrole, de gaz et de charbon, souligne que «la plupart» des énergies fossiles devraient demeurer enfouies dans le sous-sol. «Afin d’atteindre notre objectif de stabilisation [de la hausse] des températures à deux degrés ou moins, nous devons tout simplement laisser quelque 80 % des réserves d’énergie fossile dans le sol, a expliqué lundi à la radio publique ABC Lesley Hughes, co-auteur de l’étude. On ne peut pas se permettre de les brûler et avoir un climat stable et sûr.»

Selon l’Agence internationale de l’énergie, la Terre se dirige présentement vers une hausse des températures de pas moins de 5,3°C par rapport à l’époque préindustrielle. Un tel bond «aurait des conséquences désastreuses en termes d’événements climatiques extrêmes, d’élévation du niveau de la mer et entraînerait d’énormes coûts économiques et sociaux», a d’ailleurs fait valoir la semaine dernière la directrice générale de l’organisation, Maria van der Hoeven.

Les scientifiques estiment plutôt qu’il faudrait limiter la hausse à 2°C pour éviter que l’activité humaine entraîne de telles conséquences pour la planète et les gens qui l’habitent. C’est d’ailleurs l’objectif officiel des pays impliqués dans les négociations internationales sur le climat.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat est d’ailleurs formel : pour parvenir à limiter le réchauffement climatique entre 2°C et 2,4°C par rapport à l’ère préindustrielle, il faudrait que la concentration de CO2 plafonne entre 350 et 400 particules par million (ppm). Or, les plus récentes données de l’Organisation météorologique mondiale indiquent que la concentration de CO2 dans l’air devrait atteindre dès 2015 ou 2016 une moyenne annuelle de 400 ppm au niveau mondial. La concentration de CO2 devrait aussi continuer de croître, pour atteindre 450 ppm d’ici quelques décennies.

La suite de Kyoto

Un changement de cap ne pourra s’opérer à l’échelle de la planète sans «un instrument universel et juridiquement contraignant relatif au climat», selon le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon.

Le compte à rebours jusqu’au rendez-vous climat de Paris en 2015, qui doit en théorie accoucher de cet accord crucial, a été lancé à Bonn la semaine dernière. Les pourparlers onusiens se sont d’ailleurs achevés vendredi sur une note plutôt positive malgré des tensions avec la Russie.

«Nous sommes encouragés par les progrès qui ont été réalisés ici», a déclaré à la presse la responsable climat de l’ONU, Christiana Figueres. «Les gouvernements sont de plus en plus concentrés sur l’ambition qu’il va falloir déployer ces prochaines années», a-t-elle estimé. L’objectif est de parvenir lors de la conférence de l’ONU prévue à Paris en 2015 à un accord global contraignant tous les pollueurs à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

L’Union européenne cherche à promouvoir un système où tous les pays indiqueraient dans un premier temps les efforts qu’ils sont prêts à consentir, mais qui serait doté d’un mécanisme pour hausser le niveau d’ambition. De son côté, le groupe des pays en développement (G77) et de la Chine a réaffirmé qu’il ne devait pas être logé à la même enseigne que les pays industrialisés, historiquement responsables du réchauffement, sujet qui s’annonce comme l’un des points épineux.

Aussi, il n’a pas été possible d’avancer sur la question des réparations aux pays du sud pour les «pertes et dommages» causés par le réchauffement.

Le mécanisme de prise de décisions utilisé par les 190 États qui participent aux discussions a par ailleurs été remis en question par les Russes. Ulcérée par la façon dont l’accord de Doha, fin 2012, a été adopté en dépit de ses protestations, la Russie — qui a jeté le Protocole de Kyoto à la poubelle — a réclamé un débat sur les modalités de prises de décision. Celles-ci sont prises au consensus et non à l’unanimité. Ainsi, depuis quelques années, nombre d’accords sur le climat ont été adoptés en dépit de l’opposition de quelques pays. Une demande qui a eu raison de tout un pan des discussions.

Source: Le Devoir Avec l’Agence France-Presse

No comments:

Featured Post

ندرة المياه تهدّد الشرق الأوسط.. والعراق على الخط الأحمر

خالد سليمان  يشير مدير المعهد العلمي للبيئة في جامعة جنيف مارتن بينيستون إلى ذوبان شبه كلي لثلوج جبال الألب نهاية القرن الحالي، حيث ...